Vous êtes ici : Accueil > ENSEIGNEMENTS > Théâtre > la Commedia dell’arte
Publié : 21 avril 2015

la Commedia dell’arte

Dans le cadre du jumelage, les élèves de deux classes de cinquièmes ont participé à 12 heures d’ ateliers autour du " malade imaginaire ".

Pour commencer les ateliers, nous changeons totalement notre apparence en revêtant des masques, des foulards, des collants, des tabliers, des peignoirs et des blouses.
Nous mettons des collants sur notre tête pour oublier notre personnalité et qui nous sommes pour mieux nous mettre dans la peau du personnage.
Marie hélène Garnier nous confie des masques anciens qui viennent des quatre coins du monde et qui ont une histoire. Ils ont beaucoup de valeur et on doit les manipuler avec précaution. Il y a une façon de les prendre et de les déposer. Parmi une trentaine de masques, des masques balinais sont faits avec de vrais cheveux.

Quand on arrive sur la scène, Marie Hélène nous fait voyager dans un autre monde : le monde du théâtre.

Marie hélène nous fait débuter chaque séance par des échauffements sportifs : la douche virtuelle, l’exercice du pantin, se déplacer en respectant les angles droits, marcher sur un fil.
On décompose aussi tous nos mouvements. On tourne d’abord les yeux puis la tête puis les épaules puis le bassin puis on s’appuie sur les genoux et on se retourne.
On travaille aussi beaucoup notre voix. On monte dans les aigus et on descend dans les graves selon les personnages. On crie, on baille fort, on tousse et on fait semblant de cracher. De manière imaginaire, on mâche des caramels. quelquefois on n’en a qu’ un seul dans la bouche mais on nous demande aussi de faire semblant d’en avoir six.
On marche en rythme avec une musique dans notre tête et on fixe tout le temps des points imaginaires.

Nous apprenons à marcher à la manière des terriens et des aériens. Les terriens sont les dominants d’une société, les chefs et les maîtres de maison. Ils sont courbés vers le sol et leur énergie retombe vers le bas. Ce sont des êtres colériques et grognons. Et Il y a les aériens. Ce sont des personnages dominés . Ils se tiennent droit et leur énergie monte vers le ciel. Ils ont la joie de vivre et sont très perspicaces.

Ces exercices nous servent à incarner les personnages de Molière et à jouer les scènes que nous avons travaillées en cours de français.

Grâce aux masques et aux techniques de la commedia dell’arte, nous osons plus de choses sur scène et nous oublions presque que nous sommes des enfants du XXIe siècle.

Les élèves de 5e2