Vous êtes ici : Accueil > ENSEIGNEMENTS > Français Langue Seconde > Le Passage
Publié : 2 juin

Le Passage

Bonjour,

Nous sommes la classe de F.L.S du groupe 6h. Le 11 avril 2018, nous sommes allés à Fécamp, au théâtre « Le Passage » avec les élèves de 5e2. On a mis 40 minutes en car pour s’y rendre. Le spectacle s’appelait « Vgrajdane ».
Sur la scène, il y avait beaucoup de pierres et une rivière. On ne voyait que les pieds des personnages.

Tout a commencé avec quatre hommes qui travaillaient. Ils construisaient un pont. Quand le pont était presque fini, il s’écroulait. Trois femmes voulaient jouer avec les hommes mais les hommes, au début, ne voulaient pas jouer. Les femmes ont traversé le pont alors que les hommes travaillaient. Au troisième passage, Les hommes ont croisé les mains et les doigts pour faire passer les femmes. Une fois le pont terminé, les hommes sont rentrés chez eux, sauf Manol qui est resté près du pont. Il jouait avec Neda, ils s’éclaboussaient avec l’eau de la rivière. Au final, ils sont tombés amoureux et se sont mariés.

Mais Manol était confronté à une malédiction. Une sorcière venait s’asseoir à côté du pont pendant la nuit pour le détruire. A ce moment, il y avait un dégagement de fumée et le pont s’écroulait. La sorcière était vêtue de noir. On ne voyait que son visage qui était bizarre. On ne voyait pas ses pieds. Elle faisait peur aux élèves. Pour construire le pont, il fallait un sacrifice : une femme devait être emmurée.

Les hommes se sont alors mis d’accord : la première femme qui passera sur le pont sera sacrifiée. Chacun a mis une main sur une pierre. Le premier homme était d’accord parce qu’il n’avait pas de femme. Le deuxième homme a acquiescé parce qu’il voulait avertir sa femme de ne pas passer sur le pont. Le troisième homme était Manol, il a accepté mais n’a rien dit à sa femme.

La sorcière a donné une bobine de fil rouge aux femmes. Elles ont fabriqué un tissu avec et l’ont lavé dans la rivière avec leurs pieds. Pour le laver, elles ont dansé. Ensuite, Neda est montée sur le pont pour donner ce tissu à Manol. Il a refusé plusieurs fois de le voir. Après, ils se sont battus. Manol essayait d’attraper Neda et Neda essayait de s’enfuir. Manol a réussi à l’attraper et il l’a mise dans un mur. Il ne restait plus que la robe. La femme est sacrifiée, les hommes peuvent continuer à construire le mur. Vgrajdane signifie « emmurée » en bulgare.

Ce que nous avons aimé :
Nous avons aimé le décor car il était constitué de vrais éléments (eau, pierres). Les pierres représentaient le pont. Les comédiens produisaient de la musique en tapant dessus. Ils jouaient et dansaient dans l’eau. On avait l’impression que tout était vrai. On avait aussi envie de jouer dans la rivière. Parfois, les pieds ne touchaient pas le sol.

Ce que nous avons moins aimé :
Certains élèves avaient peur de la sorcière et de l’obscurité. D’autres n’ont pas aimé la fin de l’histoire qui était triste, elle les rendait mal à l’aide. Les personnages ne parlaient pas, sans le texte, nous n’avons pas tout compris.

Pour conclure, on aimerait bien revoir ce spectacle et on le recommande à nos copains !