Vous êtes ici : Accueil > ENSEIGNEMENTS > Français > Vgrajdane
Publié : 9 juillet

Vgrajdane

Mercredi 11 Avril, nous nous sommes rendus au théâtre le Passage à
Fécamp pour voir un spectacle qui a un bien drôle de nom :
« Vgrajdane ». Il n’y a pas que le titre qui est original.
Sur la scène, des grosses et des petites pierres attachées par des fils.
En hauteur, des rideaux placés pour qu’on ne puisse voir que les
cuisses des comédiens. On voit seulement apparaître les robes des
filles et les pantalons des garçons. Au début,aucun visage, aucune
main, aucun regard, seuls des pieds et des jambes qui marchent, qui
courent, qui piétinent.
Au fond de la scène coule une rivière et plus loin encore un pont de
pierres et une barre sur laquelle les comédiens se suspendent pour
créer des illusions. Pour accompagner ce spectacle, aucune parole,
seulement des cris et de la musique.
De ce spectacle, on retient surtout les magnifiques danses de pieds
mais on est aussi envoûté par l’histoire...
Manol (le personnage principal) construit un pont de pierres avec
d’autres hommes. De temps en temps, un groupe de femmes vient les
taquiner. Au fil des jours, Manol sympathise avec Neda une femme
qui vient souvent le voir.
Les hommes se donnent du mal pour construire le pont. La
construction touche à sa fin quand une sorcière jette une malédiction.
Manol et les autres hommes deviennent fous. Le pont s’écroule. Il faut
le reconstruire. Mais la sorcière revient et tout s’écroule à nouveau.
Manol et les autres se jurent de ne pas parler de cette histoire à leurs
femmes car ils savent que la première femme qui se rendra sur le pont
sera sacrifiée.
Manol n’en parle pas à sa femme mais pour qu’elle n’aille pas sur le
pont, il lui demande de tisser un drap. Neda se rend quand même sur
le pont. Elle se sacrifiera...

La semaine suivante, Hélène Emery, responsable du théâtre Le
Passage, est venue au collège pour discuter de la pièce que nous
avions vue. En groupe, nous avons mimé certains passages importants
pour reconstituer l’histoire. Nous avons même dessiné la scène au
tableau pour se remémorer le décor. Puis, nous avons discuté tous
ensemble du sacrifice, de ce qu’on est prêt à faire pour réaliser ses
rêves.

Saliha, Tuana, Salim, Fethi, Rougui, Bannel, Innes, Chaima et
Louanne de la classe de 5e2. Article réalisé dans le cadre du cours de
français de Mme Cognard.